BMW F700 et F800 GS : Une belle gradation

Par Alain Hoebeke

Non, il n’y a pas qu’une reine au royaume bavarois. A l’ombre de la 1200 GS, deux bécanes montrent qu’elles ne souffrent d’aucun complexe face la star de la gamme BMW

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les F700 et F800 GS ont été renouvelées récemment, histoire de donner un coup de projecteur sur ces modèles qui méritent une attention toute particulière. Evidemment, le Belge préfère le « lourd » et s’oriente volontiers vers la 1200 GS reconnue pour ses qualités routières.
Mais si votre égo peut supporter le fait de descendre sous la barre des 100 ch, vous risquez de découvrir des environnements tout aussi agréables et moins onéreux.
Les nouveautés qui touchent les deux modèles sont essentiellement esthétiques. Un « faux » réservoir redessiné (le vrai est sous la selle), des coloris plus tendances, des packs d’équipements affinés, la petite touche qui remet au goût du jour cette moto toujours charpentée autour d’un cadre métallique et d’une suspension classique.
Dans les deux cas, le moteur est un bicylindres Rotax de 798 cc. La gestion de la cartographie lui permettra d’afficher tantôt 75 ch, tantôt 85 ch.
En fonction de votre taille, vous pouvez désormais porter votre choix sur 4 variantes sans supplément + une version surbaissée moyennant quelques euros. Cela donne une hauteur de selle qui varie de 765 à 860 mm pour la F700 GS et de 820 à 920 mm pour la F800 GS.
Le décor est planté. Il ne reste plus qu’à enfourcher nos deux machines. Avec ses 75 ch, la F700 que nous avons reçue en 835 mm et selle confort révèle de suite des qualités routières intéressantes. La stabilité longitudinale se double d’un excellent confort et la belle progressivité de la mécanique ne met pas en péril sa sobriété de bon aloi (5,6 l/100); une belle petite machine pour ceux qui considèrent le trail plus comme une moto agréable à utiliser sur la route qu’un engin qui doit impérativement parcourir les sentiers battus. Légère et maniable, elle se laissera apprivoiser en quelques tours de roues. Le coloris orange de notre machine d’essai s’accompagnait d’un pack style où les protège-mains étaient prévus. Pour le reste les packs Option Line (poignées chauffantes, béquille centrale, ordinateur de bord, support valises) et Safety (ASC, ESA, RDC (pression des pneus)) proposent de compléter cet ensemble selon votre humeur et l’état de votre portefeuille.
La F800 GS en 895 mm est une grande gazelle qui satisfera les plus nerveux. Même moteur mais comportement radicalement différent grâce à 10 ch de plus et une hauteur qui favorise la conduite off road. Plus nerveuse, plus réactive, la F800 est aussi légèrement plus agile et bénéficie en plus d’un pack Dynamic doté d’un mode off-road. La consommation moyenne va ici grimper au-dessus des 6l/100 mais en même temps, difficile de ne pas profiter d’un Rotax aussi généreux à tous les étages et de tous les petits chemins qui s’offrent à vous.
De la F700 GS à la 1200 GS, la gamme BMW offre donc une belle déclinaisons de trails qui permettent au plus grand nombre de trouver béquille à son pied en fonction de ses aspirations…et de ses moyens.

Publicités

BMW R1200RT et GS Adventure : l’hiver ? Même pas peur !

L’hiver est à nos portes. On entre dans la morte saison. Bon nombre de motards ont remis leur monture au garage. Mais tous n’abandonnent pas le combat. Si vous ne risquez plus trop de croiser des naked ou autres « custom » dénués, il y a de grandes chances que vous rencontriez encore pas mal de BMW RT ou GS sur nos routes
Par Alain Hoebeke
Si son lancement a été entaché par un souci d’amortisseur, qui a jeté le trouble dans une communauté qui l’attendait comme le messie, la nouvelle RT peut aujourd’hui se révéler pleinement sur nos routes et laisser la place à des commentaires plus élogieux.
Car il ne faut pas la chevaucher longtemps pour comprendre pourquoi malgré un tarif élevé, cette routière reste en haut des hit-parades de ventes.
Cela tient d’abord à son ergonomie. Dès qu’on quitte la belle saison, mieux vaut être bien équipé pour affronter les intempéries. La RT dispose d’un nouveau carénage plus ample, particulièrement efficace, qui va vous placer à l’abri des caprices d’éole et de son amie la plus fidèle : la pluie. Il n’y a pas que la bulle (réglable électriquement) qui veille à votre confort. L’ensemble du tablier avant est un rempart efficace face aux intempéries.IMG_20140512_084426
Deuxième atout non négligeable, le comportement général de la machine. Elle a beau afficher 274 kilos sur la balance, la RT n’en reste pas moins relativement aisée à conduire. Il faut bien lire « relativement » car malgré tout, le gabarit et le poids demandent une certaine habitude pour éviter de vautrer la superbe carrosserie lors d’une manœuvre à basse vitesse. Le soin apporté à la refonte en 2014 de grands chapitres comme la suspension et le moteur Boxer porte ses fruits. Plus puissante que celle qui l’a précédée (125 ch aujourd’hui), la RT est également plus souple grâce à un courbe de couple plus plane et une délivrance plus onctueuse de la force motrice. Dès que l’embrayage est lâché, elle offre un équilibre étonnant grâce à des suspensions qui sont aujourd’hui structurellement plus rigide…pour offrir plus de souplesse en compression et en détente. Bilan, une bécane franche sur ses appuis, stable sur autoroute et plus confortable sur les mauvais revêtements.
Affûtée
Ajoutez à ce chapitre, une technologie embarquée particulièrement affûtée avec un ABS bien caIMG_20140512_084818libré mais aussi un contrôle de traction qui vous évitera des figures un peu trop acrobatiques sur les revêtements mouillés. Le choix d’un mode de conduite (Rain, road, Dynamic) vous permettra d’adapter la béhème à votre humeur du jour. Ensuite, si vous en avez le courage, n’hésitez pas à explorer les sous-menus qui vous permettront de peaufiner ces réglages, notamment en matière de suspension. Les différents menus sont disponibles facilement grâce à une commande rotative sur la poignée gauche et un coup d’œil au nouveau tableau de bord mêlant adroitement l’analogique et une large fenêtre TFT vous fournira toutes les infos dont vous avez besoin.
Avec les valises et le top case, la capacité d’emport est assurée tout en préservant une esthétique équilibrée. Le profil peut encore vous induire en erreur sur le nouveau modèle mais un petit coup d’œil de face au carénage qui adopte aujourd’hui une nouvelle signature optique inspirée par la K1600 GT vous permettra directement de distinguer le nouveau de l’ancien.IMG_20140512_084849
Enfin, terminons par une mention spéciale au nouveau boxer à refroidissement air/liquide. L’équilibre des masses et la générosité de cette mécanique achèvent un ensemble qui prend ses distances par rapport à l’ancienne génération. Le « shifter Pro » pour passer les vitesses sans embrayer ou la fonction « hill assist » qui maintient la moto à l’arrêt lors d’un démarrage en côte sont des plus que la nouvelle génération offre à ses heureux propriétaires pour autant que ceux-ci aient la bonne idée d’aller fureter dans une liste d’options qui reste très généreuse.
Plus équilibrée, plus dynamique, plus souple, plus tolérante, plus sobre (à peine 5l/100 km lors de notre essai)…et mieux équipée, la RT a peut-être connu un sérieux « hic » au démarrage mais elle semble partie pour de longues années de succès.
Malgré un budget moyen de l’ordre de 20.000 euros, ne serait-ce pas la préférée des Belges ? Sans doute  elle se dispute le titre avec… sa sœur.
La GS : l’autre best-seller !
Même si la robe du soir fait place à une tenue de baroudeur, la moto reste toujours aussi impressionnante.Copie de IMG_20140609_103641
Par sa taille, tout d’abord. Et surtout lorsqu’il s’agit de la version Adventure avec son grand réservoir (30 l) et ses barres de protections latérales. Par son agilité ensuite. On ne s’attend jamais en montant en selle à ce qu’une telle machine se conduise aussi facilement qu’un vélo. Ici aussi, attention : Newton reste Newton ! Mais dès qu’on lâche la poignée d’embrayage, cette grande machine fait oublier ses rondeurs. Dans un style différent, même s’il est beaucoup plus viril, elle assure un confort digne d’éloges. Elle a beau être taillée pour le désert, bon nombre d’entre elles ne quitteront jamais le bitume. A ce titre, disposer d’une bulle et d’une suspension bien calibrées sont des atouts dont on profite tous les jours.Copie de IMG_20140609_103349
Côté protection contre le vent, la bulle réglable manuellement est étonnante. Si son gabarit reste modeste, elle assure un max, même pour les grands conducteurs. Pour la suspension, les grands débattements autorisés par la GS vous mettent sur le velours quel que soit le revêtement routier. Pour le off road, les spécialistes peuvent aller jusqu’à configurer un réglage « pro » qui vous autorise à tester vos qualités de pilote. Nous ne sommes pas allés jusque-là mais pour avoir pu tester la machine dans des conditions météo particulièrement défavorables, nous pouvons vous dire que nous étions particulièrement heureux de l’avoir à ce moment-là.
Enfin, ici aussi le Boxer à refroidissement mixte fait merveille. Réglé différemment pour mieux cadrer avec le côté baroudeur de la GS, il offre malgré tout un superbe compromis entre virilité et souplesse tout en maintenant les chiffres de conso moyenne dans des chiffres incroyablement bas (5l/100, c’est jouable).
Plus qu’un look !IMG_20140609_103633
Au-delà de son look qui fait craquer bon nombre de motards, l’autre atout principal de la GS, vous ne le connaîtrez que lorsque vous l’aurez découverte dans des conditions délicates. Dans ces moments-là, elle « rassure ». Qu’il s’agisse d’un freinage d’urgence pour éviter un obstacle, d’une courbe qui resserre et vous oblige à prendre plus d’angle que prévu…sous la pluie, d’un véhicule qui démarre face à vous alors que vous effectuez un dépassement et qui vous oblige à ouvrir à fond pour vous rabattre à temps et éviter le frontal ; dans aucune de ces circonstances (vécues !) elle ne vous mettra en difficulté. A son large guidon, on a toujours l’impression qu’il lui en « reste sous le coude ».
Voilà pourquoi, même si elle en fait craquer plus d’un, la GS Adventure peut revendiquer des qualités qui vont bien au-delà de son look.