Moto Guzzi : la V9 en vedette

Avec la nouvelle V9, Moto Guzzi développe son offre dans le segment des custom café racers. La Moto Guzzi V9 dispose d’un nouveau moteur bicylindre en V de 850cc, délivrant un couple de 62Nm disponible dès seulement 3.000tr/min. La V9 est déclinée en deux versions: la classique V9 Roamer et la plus sportive V9 Bobber. Ces deux modèles disposent en série de l’ABS, d’un antipatinage ajustable, d’un coupe-circuit, d’un port USB et d’une instrumentation nouvelle. Cette Moto Guzzi V9 est désormais aussi commercialisée dans le Benelux.
La gamme Moto Guzzi V7 II accueille deux versions spéciales: la V7 II Stornello et la V7 II Racer. La Stornello est une authentique ‘factory special’ affichant clairement ses racines de scrambler. Elle se distingue par un robuste look off-road avec ses gros pneus à crampons, sa ligne d’échappement Arrow et sa finition aluminium. Quant à la Moto Guzzi V7 II Racer, elle a reçu un nouveau traitement stylistique séduisant pour son millésime 2016.
Pour Moto Guzzi, 2016 est une année-anniversaire. La marque à l’aigle de Mandello del Lario fêtera en effet en septembre ses 95 ans d’existence. Ce jubilé fera l’objet d’une grande célébration à Mandello del Lario. Pour de nombreux amoureux de Moto Guzzi en provenance de toute l’Europe, ce sera aussi l’occasion de visiter l’usine de la marque.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Triumph : New Tiger Explorer et bien d’autres…

Chez Triumph, la Bonneville continue de faire l’actualité. Les T120 et T120 black utilisent une version inédite du bicylindres de 1200 cc, dans un châssis qui sent bon le « vintage » jusqu’au bout des pots d’échappement…tout en laissant une large part à la technologie moderne. ABS, ride by wire, antipatinage réglables et modes de conduite sont en effet au rendez-vous.

La « Street Twin » offre une version plus moderne de cette icône. Style dépouillé, jantes à bâtons et moteur plus léger (900 cc), elle n’en garde pas moins le charme du modèle d’origine revisité mais pas…égratigné pour l’occasion.
Plus rebelle, le « Scrambler » signe son identité au travers du positionnement haut de ses échappements chromés dégageant la vue sur son châssis. Il ne faut pas grand-chose de plus pour souligner son caractère de baroudeur mis en évidence par un bicylindres de 865 cc. Ici aussi technologie et néo-rétro font bon ménage. Les carburateurs « old school » abritent en effet une injection électronique.
Enfin, pour les puristes et les amateurs de « café racers » la Thruxton et la Thruxton R méritent le coup d’œil. Et il n’y a pas que les rétros positionnés sur les poignées qui donnent à ces motos un côté sport « so british » !
N’oublions pas la Speed Triple (S et R) revue et corrigées pour affronter le nouveau millésime. Tout en gardant des caractéristiques esthétiques fidèles au concept originel signé par un bloc à double optique dépouillé à l’avant, une suspension monobras et un couple d’échappement sous la selle, les roadsters de la marque britannique ont été repensés pour offrir non seulement des lignes encore plus accrocheuses mais aussi et encore un comportement plus acéré. Ici aussi la technologie vient au secours du 3 cylindres de 1050 cc pour permettre au pilote de profiter de sa machine sans trop d’angoisses mais que dire du soin apporté à la « mécanique » et au travail des pièces usinées comme les pontets de guidon par exemple ou encore les commandes de réglages de la suspension Ölhins dotant la version R
L’autre bonne nouvelle de Triumph, c’est la Tiger Explorer qui fait la part belle à la technologie embarquée. La gamme compte pas moins de 6 modèles dont 4 sont équipés d’une suspension semi-active permettant de régler le comportement de la machine en temps réels sur base de capteurs prenant en compte le tangage, le lacet, l’inclinaison et les accélérations verticale, longitudinale et latérale.
Evidemment, ceci complète une panoplie déjà particulièrement importante où les assistances à la traction et au freinage sont considérés commes des « acquis ».  En fonction de la version choisie, vous pourrez aussi bénéficier de 3 à 5 modes de conduite dont un totalement personnalisable.
Le trois cylindres de 1215 cc reste le capitaine de ce navire au long cours qui se dote également d’un bel équipement confort pour permettre au pilote et à son passages de profiter sans contrainte d’une balade à bord. Pare-brise réglable électriquement, bagagerie, protège-mains, poignées et selles chauffantes, régulateur de vitesse doteront les modèles les plus nantis

Ce diaporama nécessite JavaScript.

BMW S 1000 XR : sans compromis !

Par Alain Hoebeke

Croiser un Trail avec une routière offre un mélange des genres particulièrement ébouriffant…si c’est BMW qui s’en charge.
La BMW S1000XR est sans aucun doute une des meilleures motos du marché actuel … Mais attention à votre permis !
Coller le 4 cylindres de 160 ch de la S1000R dans un châssis un peu plus « convivial » est le pari réussi de BMW. Bilan : une moto qui vous offre l’incroyable agrément et les performances d’un 4 cylindres sportif dans un châssis qui vous vous invite au …confort. Pas de comparaison à faire avec la GS toutefois car ici, même si le ramage vous suggère de sortir de la route, le comportement routier lui montre ses véritables qualités sur l’asphalte.WP_20150903_014
Incroyablement facile à conduire, la S1000XR vous met tout de suite à l’aise par une position de conduite confortable et une protection de bon aloi face aux caprices d’école (bulle réglable). Elle rassure aussi d’emblée par sa technologie embarquée (ABS, contrôle de traction).
Avec à peine plus de 220 kilos sur la balance, elle aborde avec facilité les parcours sinueux et les manœuvres à basse vitesse. Mais ne vous avisez pas de vous crisper sur la poignée d’accélérateur en éternuant car la réponse est immédiate! Quel que soit le rapport engagé et le régime auquel vous évoluez, la réponse du quatre cylindres est fulgurante et vous propulse à une allure qui a de quoi faire avaler son sifflet à un gendarme. Très agréable pour vous extraire d’une situation ambiguë, il vous faudra apprivoiser cette puissance disponible pour garder votre permis longtemps car vous l’avez compris, jamais elle ne se refusera à vous.WP_20150903_010
Ajoutez à cela un châssis irréprochable, un freinage sans défaut et le « quick shifter » qui vous permet de passer les rapports à la volée sans toucher la poignée d’embrayage et vous obtenez une bécane qui vous offre le plein de sensations et de plaisir à chaque sortie

Yamaha MT09 Tracer: à la croisée des chemins

Par Alain Hoebeke

Lorsqu’elle est sortie, la Yamaha MT09 avait déjà suscité un vif intérêt de la part du monde motocycliste. Il faut dire que ce qui était mis en avant par le premier roadster était un trois cylindres de 847 cc à la sonorité envoûtante et aux performances ébouriffantes.
Avec son look qui la situe entre le trail et la routière, la « Tracer » va encore plus loin !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On ne reprochera au roadster que son absence de protection qui vous oblige à vous accrocher à vos cheveux dès la première accélération avec la MT09

La Tracer ne génère aucune angoisse capillaire grâce à une bulle réglable qui vous laisse à l’abri du vent. Ajoutez-y une position de conduite un peu plus droite grâce notamment à un guidon plus large et une assise qui favorisent le confort (même si la selle est assez haute : 845-860 mm) et vous obtenez un engin à la croisée des chemins. Son look de trail est renforcé par des protège-mains impressionnants et une face avant angulaire. Mais il ne faut pas lâcher l’embrayage longtemps pour se rendre compte que cette Yamaha préfèrera la route au hors-piste.

Même si ses suspensions ont été revues pour favoriser une conduite en duo ou avec bagages, le comportement routier de cette MT reste sportif et incisif. 210 kilos sur la balance lui permettent d’afficher une belle agilité qu’il sera facile d’appréhender et qui mettra en péril toute comparaison avec les autres gros trails de plus d’un litre.

Par contre, au niveau performances, elle ne rend rien.
Avec le trois cylindres de la MT09, Yamaha a réussi à rendre la puissance disponible à tous les étages. Voilà un autre point qui rend cette moto si agréable à conduire. Un châssis équilibré, un moteur généreux, un habillage esthétiquement séduisant et un confort de bon aloi, il ne manquait plus à ce cocktail qu’une technologie à la page pour peaufiner l’ensemble. Contrôle de traction, ABS et trois cartographies moteur sont prévus d’entrée de jeu pour vous accompagner au guidon de cet engin qu’il convient d’utiliser avec modération.
Dernière bonne surprise, le prix loin d’être prohibitif pour un tel engin.

Yamaha MT03 : la moto qui se vit A2

321 cc, légère, maniable et facile à conduire, la MT03 met un bel engin à portée des possesseurs d’un permis de conduire A2.
Avec son positionnement clairement axé sur une utilisation
quotidienne en milieu urbain, la MT-03 est dotée d’une ergonomie naturelle conçue pour offrir un confort suffisant à son pilote tout en préservant le look typique de cette série. La géométrie guidon/selle/repose-pied et une hauteur de selle de 780 mm crée une position adaptée aux pilotes de toutes tailles.
Comme le châssis, le moteur est dérivé de l’YZF-R3, bicylindre en ligne 4 temps, 4 soupapes à double arbre à cames en tête et refroidissement liquide, il a été conçu pour fournir un comportement agréable et riche en émotions. Pour favoriser les économies de carburant, ce moteur a été développé en utilisant la toute dernière technologie d’analyse de combustion. Il est doté de nombreux composants de pointe, notamment des pistons forgés légers et des bielles traitées au carbure.

Découvrez-là ici