Yamaha NMAX : résolument moderne

Yamaha présente un nouveau scooter pour doper son entrée de gamme. Le nouveau NMAX sera disponible dès cet été (juillet 2015). Ce 125 cm3 d’entrée veut attirer le client par un style sportif et séduisant tout en se voulant confortable et économe en consommation de carburant.

Le moteur 4-temps 125 cm3 à refroidissement liquide du NMAX a été conçu selon une nouvelle approche (‘Blue Core’)qui consiste à créer une génération de moteurs compacts, agréables d’utilisation, économes en carburant et plus respectueux de l’environnement. Il développe 12 ch. et est annoncé avec une consommation moyenne à peine supérieure à 2 litres/100km.

Pour y arriver, Ce mono-cylindre adopte des technologies résolument modernes :  culasse 4 soupapes et distribution variable (Variable Valve Actuation) via un mécanisme qui commute entre deux bossages de came d’admission en fonction du régime moteur.

Il dispose en outre d’un système d’injection de carburant qui diffuse, via un port elliptique, un mélange air/carburant directement dans une chambre de combustion compacte, pour un meilleur rendement.

Le cadre tubulaire en acier de petit diamètre a été développé pour offrir confort de conduite et précision du train avant. Comme sur les modèles de scooter haut de gamme, le cadre du NMAX présente un ‘tunnel’ central où se situe le réservoir de carburant et accueille des supports de moteurs articulés, dont les bagues en caoutchouc amortissent les vibrations. La suspension arrière à double amortisseurs et les roues de 13 pouce complètent le panel des éléments qui assurent le comportement routier.

En ce qui concerne le système de freinage, à noter aussi la présence de grand disques (230 mm) et d’un ABS de série.

Enfin, terminons par les éléments de finition et de confort comme un espace de rangement pouvant accueillir un casque intégral sous la selle ou encore la signature LED des feux avant et arrière.

Sur le papier, voilà un engin qui ne manque pas de qualités. Reste à voir à quel prix il sera proposé sur le marché.


Suzuki GSX-S 1000 : le plaisir en plus !

Par Alain Hoebeke

Si le marché moto a connu des années plutôt sombres depuis 2011, on s’aperçoit que ce sont surtout les scooters de faible cylindrée (125 cc) qui en ont fait les frais. Les chiffres le montrent clairement, l’avènement du permis moto et l’obligation de porter des vêtements adaptés ont freiné l’enthousiasme de plus d’un candidat motocycliste.

Par contre, les « vrais » motards n’ont rien lâché de leurs ambitions. Les roadsters sont toujours aussi attirants.
Et les chiffres de ce secteur sont même plutôt à la hausse. Arriver dans un tel climat est de bon augure pour Suzuki, même si les concurrents n’ont pas attendu pour s’y installer.
Ce que les clients « roadsters » recherchent avant tout : l’agilité, la puissance à l’accélération plus qu’une vitesse de pointe élevée et aussi, évidemment, le look.
Bref, une machine qui va donner à son propriétaire les sensations d’une sportive mais sous une robe un peu plus sage.JGO_6538
Pour rencontrer ces attentes, Suzuki a misé sur un quatre cylindres développé sur base du « légendaire » GSXR 1000 de 2005 ; un bloc « longue course » qui privilégie le couple sans handicaper la puissance brute. Bilan : une puissance maxi de 145 ch à 10.000 t/m et 106 Nm à 9500 t/m mais surtout une opportunité de bénéficier d’un joli potentiel sur une très large plage d’utilisation.
Autres atouts de cette Suzuki: un tout nouveau châssis, léger, qui a pour objectif d’offrir beaucoup d’agilité sur la route en préservant un compromis confort tenue de route intéressant pour que cette machine puisse être utilisée sans trop de contraintes dans la vie quotidienne.
Pour réaliser ce compromis, la GSX-S peut compter sur une suspension affûtée (fourche inversée KYB totalement réglable à l’avant et amortisseur arrière réglable également) et des freins Brembo (étriers 4 pistons à montage radial ; disques de 310 mm). Le tout est évidemment complété par un ABS et même… un traction control (3 modes pour s’adapter à votre style de conduite et la possibilité de le déconnecter si vous êtes vraiment sûr de vous).
Reste à la mettre en route pour vérifier cela en situation. Et pour cela, pas besoin d’user son pouce sur le bouton du démarreur pour faire chanter la machine. Une seule et simple pression suffit pour que le mécanisme s’active jusqu’au démarrage du moteur.
Au-delà de ses qualités intrinsèques, la GSX-S 1000, c’est aussi un prix : 12290 € ou 13090 € pour la F qui sortira en juin.
GSX-S1000AL6_Action_1
Sur la route, c’est la version 107 ch qui s’est livrée à nous. Et directement, c’est en effet l’agilité de Suzuki qui est mise en évidence par les routes allemandes. Puissante mais surtout coupleuse à souhait, la GSX-S se faufile avec légèreté d’une courbe à l’autre en acceptant sans sourciller vos diverses sollicitations. Les Brembo sont rassurants et permettent mieux gérer l’enthousiasme avec lequel le 4 cylindres s’envole vers le haut de sa plage d’utilisation. Avec un tel cocktail, on apprécie que le Traction Control veille au grain pour limiter les dérobades de la roue arrière.
Le bilan est donc plutôt positif à l’issue de ce parcours découverte. Face à la concurrence, c’est surtout le prix de cette machine qui sera son premier atout. Ses autres qualités, il faudra les découvrir casqué